Loading

De Barcelone à Marseille

De Barcelone à Marseille

 

De Barcelone (du 14 au 18 août) à Marseille (du 22 au 25 août)

Des Ramblas au vieux port, du Camp Nou au Stade Vélodrome ou encore de la Sagrada Familia  à Notre Dame de la Garde.

 

Barcelone était le premier impératif calendaire de notre voyage. Je tenais absolument à y arriver avant que ma fille, Soizic, n’en déménage pour s’installer  à Lisbonne.

Pas de visite particulière au programme, juste passer quelques temps avec Soizic – et ses copains – bricoler deux trois trucs dans l’appartement qu’elle partageait avec Lola et Angèle, histoire d’assurer avant la visite de la proprio pour l’état des lieux et flâner dans les rues de Barcelone que nous commençons à bien connaître et que nous apprécions toujours autant.

 

Nous avons donc eu chance d’être présents pendant les célèbres fêtes du quartier de Gràcia. Il s’agit d’une fête populaire où petits et grands, locaux et touristes se retrouvent pendant près d’une semaine dans ce quartier authentique de Barcelone.

 

Nous nous y sommes régalés. D’autant plus que cette année, il s’agissait de la célébration du bicentenaire de ces fêtes. La première eut lieu le 15 août 1817 jour de L’Assomption. Le quartier était en pleine phase d’urbanisation. Progressivement d’année en année les fêtes ont pris de l’ampleur. En général, la fête dure plusieurs jours et propose de nombreuses animations : concerts de rues, les célèbres Castellers (tours humaines) processions de géants (gegants), danses de diables (balls de diables). Il y a aussi souvent un grand feu d’artifice !

 

Nous n’avions pas encore pris le temps d’assister à un spectacle de flamenco, ce séjour allait être l’occasion d’y remédier. Parmi les diverses offres, le spectacle proposé par le Palais Dalmases a retenu notre attention. Outre le cadre magnifique, les critiques soulignaient le caractère « intime » du spectacle. Situé au 20, carrer de Moncada dans le quartier El Born que nous avions particulièrement apprécié lors d’un séjour précèdent, il nous fallait un gros quart d’heure pour le rejoindre depuis le Port Olympique. C’est ce que nous nous apprêtions à faire lorsque Soizic nous informait de l’attentat en cours sur les Ramblas.

Après réflexion nous avons décidé de ne rien changer à note programme. Après avoir réservé notre place nous sommes allés boire un verre en terrasse jusqu’à ce que les restaurants reçoivent l’ordre de fermer.

Le spectacle ? Merveilleux. L’ambiance très conviviale, un apéritif est offert avant le spectacle, la salle accueillant au maximum 60 personnes, une petite scène de 20 mètres carrés et nous au premier rang.

 

Deux musiciens et un chanteur qui assurent, un danseur qui nous gratifiera au final d’une démonstration éblouissante enchaînant dix minutes durant les figures de danse avec un sourire qui disait bien le plaisir qu’il prenait et une danseuse non moins brillante. Brune, grande, le visage sévère….La belle andalouse dans toute sa splendeur. Le visage sévère quand elle dansait, concentrée, habitée par la danse et les paroles des chansons mais toute sévérité envolée dès la fin de la danse lorsqu’un joli sourire fleurissait sur ses lèvres.

Un très bon moment, une heure de plaisir qui nous aurait permis de boucler ce séjour en beauté si la réalité ne nous avait pas rattrapé dès la sortie du Palais. Barcelone déserte, les cafés et restaurants fermés…. ce n’est pas la Barcelone que l’on connaît et que l’on aime.

Tout cela par la faute de quelques décérébrés, des lâches de la pire espèce, qui sèment la terreur aveuglément…

Ceci est surtout un récit de voyage, pas une tribune politique, aussi n’irais je pas plus loin mais je ne peux m’empêcher de mentionner les quatorze innocents morts ainsi que les dizaines de blessés fauchés sur les Ramblas.

 

J’écris ces lignes au milieu du golfe du Lion, en route pour Marseille. La mer est calme et nous faisons route au moteur. Dire que nous avons retardé notre départ de 24 heures pour s’assurer d’une traversée sans trop de vent, c’est réussi.

La mer est quasi déserte hormis un pétrolier de 180 mètres de long qui nous a dépassé il y  a quelques heures en route pour Lavera et qui fait en ce moment des ronds dans l’eau à la vitesse de 0,5 nœuds… impressionnant, surtout lorsqu’on le découvre en travers de notre route ! Je dévierai un peu de notre cap  pour le regarder défiler tranquillement sur tribord, éclairé comme les Champs Elysées à Noël.

Hormis cela quel plaisir d’admirer un ciel superbement étoilé sans aucune pollution lumineuse, nos feux de navigation ne gênant en rien notre vision. Féerique, vraiment. Avec de temps en temps les feux d’un avion très visible alors qu’il vole peut-être à 10 ou 15 kilomètres d’altitude.

MARSEILLE.

Marseille…finalement après une traversée sans histoire et absolument sans vent, nous nous amarrerons pour une nuit au vieux port, au ponton San José du MACT à côté d’un couple charmant vivant à demeure sur leur bateau. Lui, Michel, originaire de Mâcon, bosse encore du côté de Fos sur Mer tandis qu’elle, Dany, est une vraie marseillaise avec toute la tchatche qui va avec. Géniale.

Michel voudrait faire un tour de France par les canaux avant de revenir à Marseille en faisant le tour de la péninsule Ibérique. Dany est d’accord…à condition qu’ils reprennent un matou, ce que Michel refuse catégoriquement.

Qui aura le dernier mot ???

Nous avons profité de cette journée pour faire quelques emplettes, filtres divers pour le moteur en vue d’une vidange prochaine et balade autour du vieux port : la Canebière et le marché de Noailles tout proche et si dépaysant.

Ensuite nous sommes allés prendre un mouillage dans l’anse du Banc, profitant d’une météo clémente. Malgré le peu de possibilités nous avons débarqué en annexe avec les deux minettes pas très fières mais qui ont pu se dégourdir les pattes. Un mot d’ordre répété 100 fois : PAS LES GRIFFES !!! L’annexe – gonflable – n’apprécierait pas. Mission réussie en ce qui concerne l’annexe, moins en ce qui concerne nos bras qui portent de petites traces rouges, témoignant s’il en était besoin que les minettes ne sont pas encore totalement amarinées.

Qu’est-ce que cela s’être quand on va juger de leur niveau de natation ?

 

Demain matin retour au vieux port pour assister au match OM – Domzale en barrage de l’Europa Ligue (victoire  3-0, le début de la bonne saison de l’OM en Europa Ligue puisqu’ils atteindront  la finale, malheureusement battus par un excellent Athlético de Madrid emmené par Antoine Grizmann.) puis récupérer Marie à la gare un peu avant minuit et vendredi matin, visite du MUCEM. Pas une minute de libre, c’est quand les Vacances ?

 

La suite du programme pour Azadi et son équipage : Petite navigation avec Marie jusqu’à Cassis, où elle reprendra le train pour Paris. Puis pour nous deux ou trois nuits au mouillage à Porquerolles avant de mettre le cap sur la Corse ou nous retrouverons Céline et Antoine.

LEAVE A COMMENT